Allégations d’abus sexuels jugées non fondées, la Cour confie la garde à Monsieur

Un père avait la garde complète de son enfant de 4 ans depuis sa séparation récente avec la mère. Cependant, sans qu’une entente ne soit intervenue entre les parties, la mère est allée récupérer l’enfant à la garderie et refusait de permettre au père de le voir. Elle a également introduit une plainte au Directeur de la protection de la jeunesse, alléguant que le père avait commis des abus sexuels à l’endroit de son fils.

Le père est donc venu rencontrer Maître Veronica Vallelonga à nos bureaux et une ordonnance de sauvegarde a été introduite à la Cour supérieure district de Montréal pour établir une garde légale. Notre avocate en droit familial a assigné la représentante de la DPJ à venir témoigner à la Cour. La travailleuse sociale a confirmé que la plainte pour abus sexuels n’était pas fondée selon l’enquête qui avait été faite par le Directeur de la protection de la jeunesse. Maître Vallelonga a expliqué au tribunal que son client craignait pour la sécurité de l’enfant lorsqu’il était avec la mère.

Sur ce motif, la Cour supérieure a octroyé de façon intérimaire la garde exclusive de l’enfant au père ainsi que des droits de visites supervisés pour la mère.

Les clients de notre avocate n’ont pas toujours gain de cause. Voir notice.

Publiez une question ou laissez un commentaire.